Zoom de la saison #2 – Été 2015 – Sore Ga Seiyuu

Salutations, vous pensiez vraiment que j’étais capable de laisser passer un anime parlant de doublage cet été sans en faire un Zoom? C’est mal me connaître.

2gAkDLm

Voici nos trois héroines

Nous allons donc parler de Sore ga Seiyuu, à l’origine un dôjinshi écrit par Masami Asano, une seiyuu, et Kenjirou Hata, le créateur de Hayate: The Combat Butler, ici adapté par le studio Gonzo. Le premier épisode a été présenté en grandes pompes à la Japan Expo qui avait fait venir Kenjirou Hata pour l’occasion et organiser un concours de doublage, et depuis, l’anime est licencié en France par personne. Au Japon, l’anime en est à son cinquième épisode et nous bénéficions à l’heure actuelle de 2 épisodes traduits en français, le fansub connaissant quelques difficultés actuellement.

L’histoire: L’anime se concentre sur trois comédiennes de doublage débutantes: Futaba Ichinose, qui tient place de personnage principal complètement névrosée et schizophrène (Oui, elle parle à et fait parler sa peluche), Ichigo Moesaki, l’otaku de l’anime qui vit clairement dans son monde à elle et Rin Kohana, la jeune première à qui tout réussit. A travers leur parcours jonché de difficultés, on découvrira les différentes facettes du métier de seiyuu au Japon.

2gAkDLm

Ok, Ichigo, t’en fais peut être un peu trop

Bon, on passera rapidement sur le fait que l’anime ne mise visiblement pas sur la qualité de l’animation ou sur le character design en somme assez simplistes pour parler des raisons qui me font aimer cet anime.

Tout d’abord, le casting, oui c’est idiot mais pour un anime parlant de doublage, il s’agissait de ne pas le rater. Et effectivement, la série n’est pas tombé dans le piège de donner des voix trop connues aux trois personnages principaux, si on enlève le fait que Rie Takahashi, qui donne sa voix à Futaba, double des personnages principaux dans Game of Laplace et School-Live! (Mais bon, ce sont des animes de la saison). Puis surtout l’anime est parti sur le principe de faire intervenir un guest à chaque épisode et… Oh regardez voilà Son Goku.

2gAkDLm

Quand tu fais apparaitre Masako Nozawa dès le premier épisode, tu sais à quelle sauce tu va être mangé.

Deuxièmement, ben ça parle de doublage et moi, je ne sais pas si vous avez remarqué mais le doublage, j’aime ça. A noter que la peluche dont je parlais plus haut a un intérêt véritable en brisant constamment le quatrième mur à notre rencontre pour nous indiquer différentes informations sur le doublage et sur les différentes habitudes du métier, ce qui, pour enrichir la culture, n’est pas à rejeter.

Troisièmement, mine de rien, cet anime a un arrière gout de Shonen, en effet, malgré le fait que les personnages ne soient pas vraiment originaux, je suis vraiment intéressé par la suite de leur parcours et des étapes à traverser dans les épisodes qui suivent.

2gAkDLm

Voilà comment ça se passe dans l’agence de Futaba, ça donne pas envie de savoir la suite?

Enfin, cet anime est quand même plutôt drôle dans l’ensemble, de par les personnages secondaires ou encore les guests, en témoignent deux gags que je vais salement vous spoiler.

2gAkDLm

Voilà, débrouilles-toi avec ça

2gAkDLm

Oui, car quand Yukari Tamura va dans une station de radio, c’est toujours avec ses étoiles scintillantes personnelles.

Donc, en conclusion, ce n’est pas forcément l’animé du siècle mais si vous vous intéressez un peu au doublage, que vous ne cherchez pas grand chose d’autre que de passer un bon moment et puis surtout que la VOSTA ne vous effraie pas, je vous conseille grandement Sore Ga Seiyuu.

Laisser un commentaire