Les Chroniques Perdues #2 – Un Inconnu parle de VF !

La VF de Puella Magi Madoka Magica

Bon, pour présenter cette chronique, je me suis dis « Nous allons commencer par un truc pas trop moche et plutôt récent » d’où m’est venu l’idée de parler de Puella Magi Madoka Magica.

Alors, pour ceux qui ne connaissent pas cet anime (ben déjà regardez-le), il s’agit d’une série du Studio Shaft de 12 épisodes ayant pour but de déstructurer le genre du Magical Girl, et c’est difficile d’en dire plus, à quel point c’est impossible de parler de cet anime sans spoiler (Gen Urobuchi Power) .

Toujours est-il que la série a extraordinairement bien marché au Japon, ce qui lui a valu d’être réédité sous forme de 2 films accompagné d’un troisième visant à conclure définitivement la franchise.

jZMDtfO

Remarquez ici l’incroyable difficulté de réussir à assurer une continuité entre deux boîtiers de DVD.

C’est de ces trois films dont nous allons parler. Pourquoi me direz-vous. Tout simplement parce que la série n’a pas été éditée en France contrairement aux films. Ce sont donc uniquement ces films qui ont bénéficié d’un doublage français. Il a été effectué aux Studios de Saint Maur, studios assez prolifiques ces dernières années ayant réalisé entre autres la VF de NANA, Berserk, Bleach, de la deuxième moitié de Kill la Kill ou d’une autre œuvre du réalisateur de la série: Le portrait de Petite Cosette. La direction artistique (c’est à dire le travail de sélection des comédiens et de leur… ben direction) a été effectué par Jessie Lambotte, qui a notamment dirigé la VF de Kuroko no Basket et SURTOUT DE K-ON! (gardez bien cet anime en tête, c’est important pour la suite).

Le rôle principal (à tel point qu’il donne son nom à la série) à été confié à Caroline Combes, une voix qui pour être poli peut faire tiquer à quel point elle est enfantine dans le cas présent. Pour ceux qui ne situent pas, il s’agit notamment de la voix de Lisana dans Fairy Tail, de Yuffie dans Final Fantasy VII Advent Children, ou encore de la petite sœur Ui Hirasawa dans K-ON!. Et bien, croyez moi ou pas mais je trouve ce choix complètement justifié. En effet, toute la métaphore des films (toujours sans spoiler) consiste en le passage de trois états: l’enfance, l’adolescence et l’age adulte. Madoka, étant le personnage restant le plus dans l’enfance, ce choix me semblait évident. Alors, je le reconnais, son jeu n’est pas parfait, notamment dans les scènes de pure tristesse, mais elle se rattrape assez bien, notamment dans la fin du second film où je la trouve d’une extraordinaire justesse.

2wWtJyv

Meilleure réplique de la VF selon moi.

Homura, deuxième personnage le plus présent dans l’animé est doublé par Nathalie Bienaimé, et là ça va être difficile d’être concis vu le nombre ahurissant de doublage qu’elle a effectué, essayons quand même: Mikasa dans L’attaque des Titans, Momiji dans Fruits Basket, Mireille Bouquet dans Noir, Shizuru dans My Hime, Kid Paddle dans le dessin animé éponyme, Bart Simpson depuis la saison 23, ou encore Jun Suzuki dans K-ON!. Autant dire qu’elle a une bonne palette de voix, et il le faut car elle joue assez bien l’ambiguïté entre les différents états cités plus hauts.

Le rôle de la mascotte de la série, Kyubey (qui entre autre va vous faire péter des plombs), est attribué à Pascale Chemin, autre comédienne extrêmement prolifique, elle a doublé entre autre Excel dans Excel Saga, Nana Komatsu (Hachi) dans… Nana, Jane Shepard dans Mass Effect et également plein de personnages secondaires comme dans K-ON! (Vous m’arrêtez quand vous avez compris l’idée). Ici, elle a une voix légèrement plus masculine que la VO (Un peu à la manière de son doublage d’Aladin dans Magi), ce qui ne me dérange pas au contraire, l’avantage de cette voix est qu’on est moins choqué quand on entend des « il ».

Étant un grand fan de Eri Kitamura, j’attendais beaucoup du travail sur Sayaka. Pour moi Gwenaëlle Julien (voix de Rickert dans Berserk ou encore de Nodoka Manabe dans K-ON!, ça commence à devenir saoulant cette histoire) fait bien son travail sans pour autant être extraordinaire, le doublage passe en moyenne plutôt bien.

J’ai un problème avec la voix de Ai Nonaka que je trouve criarde la plupart du temps (même si dans Madoka Madoka, ce coté-là n’est pas trop accentué). En français, le doublage sur son rôle de Kyoko passe donc pour moi comme une lettre à la poste et est effectué par Nayeli Forest qui a entre autre interprété Canaan ou Mio Akiyama dans K-ON!

Cependant, sans être fan du personnage ni même de la seiyu d’origine, je me dois de remarquer que je trouve le jeu d’Emma Darmon (Unohana dans Bleach, Miho dans Bakuman et qui miracle, n’a pas doublé dans K-ON!) sur Mami assez effroyable. Même sur le cri de son attaque, il y a à redire (Il me semble pourtant évident que dans « Tiro Finale » il faut accentuer le « NA » et non pas le « LE »).

PZLieor

Cette réplique va vous faire grincer des dents.

Donc voilà, à part l’impression d’être dans K-ON! sans trop de raison apparente, le doublage n’a pas l’air si mauvais que ça. Sauf que le problème, c’est qu’au niveau du casting, ben on a fait le tour. Il y a bien Yann Pichon qui double les personnages masculins et Jessie Lambotte quelques personnages secondaires mais sinon, les comédiennes citées plus haut le font également. Dans le monde du doublage, le fait d’avoir plusieurs rôles pour le même comédien est quelque chose de fréquent, mais dans la plupart des cas, on évite de les faire parler entre eux sinon on a vite l’impression que le comédien souffre de schizophrénie.

Et ici c’est malheureusement le cas, Hitomi et Kyosuke sont tous deux doublés par Jessie Lambotte, la mère de Madoka est doublée par la même comédienne que Homura et Charlotte par celle de Kyubey. Alors oui, les comédiennes savent moduler leur voix pour souligner la différence mais la situation est quand même perturbante.

2gAkDLm

Voilà, donc ça normalement, c’est interdit.

Finissons-donc par l’adaptation où je n’ai pas grand chose à redire, la VF est plutôt respectueuse du matériau d’origine et rien n’est trop choquant. Ah si, quand même quelque chose, quelques années de latin suffisent pour savoir que le singulier de « Puella Magi » est « Puella Maga », quitte à prendre un terme italien pour on ne sait quelle raison, autant respecter la grammaire.

Pour résumer, la VF de Puella Magi Madoka Magica est plutôt bonne dans l’ensemble. Elle ne transcende cependant pas la VO qui est d’une extraordinaire qualité et dont d’autres vous en parlerons certainement mieux que moi. Cependant, elle reste un bon complément et peut se regarder sans aucun problème (surtout si vous êtes fan de la VF de K-ON!). Mais après tout une VF est également une histoire d’affect, donc je vous invite volontiers à en débattre dans les commentaires.

La prochaine fois, nous parlons encore de @anime, mais cette fois-ci d’une réédition et dont la VF n’est pas de leur ressort

One thought on “Les Chroniques Perdues #2 – Un Inconnu parle de VF !

  1. Vraiment sympa comme chronique. C’est vrai qu’on a pas souvent l’occasion de s’intéresser au doublage français. Même si malgré tous les efforts on perdra toujours beaucoup de ce qui est dit en japonais et que rien qu’en déformant légèrement le sens de certaines phrases on peut modifier radicalement la vision que l’on peut avoir d’une histoire ._.
    Incroyable Nathalie Bienaimé, tant de rôles différents, ce serait bien qu’on ait des vidéos d’elle en train de faire un doublage, comme y en a pour certains seiyuus japonais.

    En tout cas jolie Chronique, vivement la suite :3.

Laisser un commentaire