Les Choix de Garbo #11 – Le cas Charlotte

Yop tout le monde ça fait 7 mois que j’ai stop la chronique et que j’ai perdu ce qui était, selon moi, ma force pour les chroniques. Aujourd’hui j’ai décidé de reprendre Les Choix de Garbo, car après 7 mois vous devinez que j’ai vu pas mal d’animes et que mon point de vue a changé. Du coup j’ai envie de parler d’un truc qui me touche pas mal et je sens que le crachat va arriver, mais je m’en fous, car c’est mon point de vue. Du coup cette fois-ci on va aborder un anime que j’adorais. J’insiste sur le verbe à l’imparfait. On va parler du cas Charlotte. Et je préviens, cette fois-ci je vais pas me retenir, comme sur Haruhi ! Au passage, spoil in coming (ALERTE SPOIL CLANNAD).

654871

Charlotte est un anime sorti en juillet 2015, venant du grand Jun Maeda et par le studio P.A. Works. L’anime se tient en 13 épisodes, ce qui est très court pour l’histoire que Jun Maeda semblait vouloir faire, mais bon, ça j’en parlerais plus tard. En ce qui concerne le synopsis, je vais vous sortir celui d’adala-news, car j’ai la flemme de trouver un synopsis pour ce truc qui est très bordélique.

L’histoire nous entraîne dans le quotidien de 4 lycéens de la Hoshi no Umi Gakuen, une école spécialisée pour les adolescents qui ont des compétences spéciales. Les 4 membres du Conseil des étudiants utilisent leur pouvoir pour venir en aide aux élèves. Yuu Otosaka peut contrôler pendant quelques secondes n’importe quel corps. Nao Tomori peut disparaître (invisible) même si c’est temporaire. Joujirou Takashou peut se déplacer d’un endroit à l’autre en hyper vitesse. Yusa Nishimori peut posséder sa sœur, Misa, pour effectuer du spiritualisme.

Donc on va commencer par les point forts de l’anime, vu que malgré tout il y en a. Ces points forts viennent surtout du début de l’anime et c’est ce qui a fait que je l’ai aimé, puis à partir d’un certain moment, Maeda s’est dit : ALLEZ ON FAIT UN MILKSHAKE DE TOUTES MES ANCIENNES OEUVRES. Résultat : un gros flop.

L'oeuvre de Jun Maeda, un milkshake Charlotte.

L’oeuvre de Jun Maeda, un milkshake Charlotte.

Charlotte est de loin un des animes qui avait été le plus hyppé et avec raison (je fais partie de ces personnes qui ont le plus hyppé l’anime, comme sur Shigatsu, sauf que là je me suis complètement planté). Le chara design était magnifique et la musique nickel. Sincèrement, je jouis encore sur certaines musiques et c’est surement grâces aux OST s’il s’est pas tapé un 6/10 chez moi. Une note extrêmement rare quand on parle de moi. Puis commença l’anime avec le protagoniste qui se révèle être au final le fils de l’union de Lelouch et Light. Les premiers épisodes étaient très sympa avec un petit style à la « Hyouka ». Les personnages étaient très attachants, même si la plupart du temps on croyait que le nom de Nao était Charlotte… (oui ça m’est arrivé de l’appeler Charlotte) Mais bon, mon préféré reste le binoculaire, parce que mon dieu, les binoculaires sont toujours les personnages les plus marrants dans les animes. Bon après il y a le main character que personnellement je ne supporte pas, mais genre aucunement. En ce qui concerne l’opening, alors à force de regarder les OP des oeuvres de Maeda je me suis rendu compte qu’on peut deviner TOUTE l’histoire juste en analysant l’opening, chose que j’ai fais et au final 90% de ma théorie s’est avérée vrai. Le problème est que j’ai complètement perdu mon Word avec ma théorie pour vous le prouver, mais Husky et d’autres membres de la TeamPressR peuvent vous le confirmer… ou pas. Reste qu’au final l’opening était vraiment agréable à entendre au point que quelqu’un ai décidé d’hypnotiser le monde entier avec une seule partie (et merde ça fonctionne sur moi !)

Bon au final on peut séparer l’anime en 3 parties : Partie 1, on rigole ; Partie 2, on rigole plus ; Partie 3, on sait pas comment finir notre bordel. Et vous savez pourquoi ils ne savaient pas comment finir leur bordel ? Parce qu’ils se sont embarqués dans une histoire qui était impossible à conclure en 13 épisodes. Jun Maeda a visé trop haut cette fois-ci et j’espère sincèrement qu’il ne nous fera plus jamais ce coup. C’est comme si je voulais finir Rewrite en 12 épisodes (je vous observe 8bit, si vous me faites pas un 2 court de 24 épisodes je brûle votre studio). Car oui mes amis, il y a des trucs qui ne peuvent pas se finir rapidement, c’est comme si j’essayais d’adapter Monster en 12 épisodes ou encore 24 épisodes. Les scènes se verront trop rusher pour rien. À un certain moment dans l’anime il se passe un événement majeur, tout le monde s’en souvient et à partir de ça on s’était tous dit : Ah le voilà enfin, Jun Maeda rentre en scène, la tristesse commence, on va enfin chialer comme des gros porcs. Et puis non. J’ai pleurer 5 secondes, ensuite j’ai ris. Vous savez pourquoi j’ai ris ? Parce que c’était absurde, poussé à l’extrême. Les moments de tristesse étaient mal faits. Désolé Maeda, mais tu m’as déçu. Pourquoi Maeda m’a déçu ? Vous allez le savoir, mais à partir de maintenant je vais spoil Charlotte à fond, donc si vous avez pas vu, partez.

Charlotte1

Dernier arrêt pour le « no-spoil », je répète dernier arrêt.

Bon déjà, la mort de la petite soeur était une idée FAN-TA-STIQUE, sincèrement, on le voyait venir depuis des kilomètres à cause de l’opening, mais mon Dieu qu’on voulait pas y croire. Cet épisode était riche en intensité et l’épisode suivant avec la dégradation du personnage principal était du génie, ou devrais-je dire, du Clannad. Le problème étant que tout ceci s’est passé trop vite. J’aurais fait durée le moment ou Yuu sombre un épisode de plus. Mais vous voyez c’est pas parce qu’un événement émotif arrive que le reste est bon. En effet, faire revivre la petite soeur était la pire idée que Maeda n’ai jamais eu. Voyez-vous toute cette scène vient clairement de Clannad et pour moi, je trouve qu’elle passe clairement mieux dans Clannad. Pourquoi ? Parce que on a eu le temps de s’accrocher a fond au personnage. Parce qu’on sait que le père du main dans Clannad a vécu la même merde et que voir son fils faire la même erreur, alors que celui-ci reniait son père à causse de cette erreur, c’est triste merde. POURQUOI JE PLEURE MERDE, JE FAIS QU’ÉCRIRE. Dans Charlotte, on était pas assez attaché au personnage pour se dire : merci Dieu, il est revenu. Non. Dans Charlotte quand j’ai vu que la petite soeur était en vie je me suis dit : mais, vous venez de détruire le seul moment triste de l’anime…

"Ils ont dit que je pouvais être n'importe quoi. Alors je suis devenu une sauce à pizza"

« Ils ont dit que je pouvais être n’importe quoi. Alors je suis devenu une sauce à pizza »

Puis vient cette merde que le pouvoir du héros permet de voler les capacités des autres et une histoire d’organisation malveillante un peu comme dans Angel Beats ou encore Rewrite. Oui bon ok je spoil un peu plus que Charlotte, mais vous devez comprendre, Charlotte n’est pas unique, au contraire c’est une compilation de Maeda et c’est ça qui est triste, car Maeda ne sait plus quoi faire. Bref on en vient au dernier point de l’anime que je voulais aborder : la fin. On est à l’avant dernier épisode et on nous relances une nouvelle quête : celle de sauver le monde à l’âge de quoi, 16 ans je crois, pour conquérir le coeur de notre Charlotte, heu je veux dire Nao. Désolé Maeda, mais là tu abuses. Sincèrement l’histoire que le mec fait le tour du monde en détruisant littéralement son cerveau, ça aurait pu passer, s’il mourrait. Car oui, faire en sorte que son frère arrive de nul part en hélico pour le sauver c’est du foutage de gueule. Yuu aurait dû mourir. Pourquoi ? Simplement pour faire comprendre aux gens qu’on ne peut pas tout faire soit même, cela aurait pu être une bonne morale, simple, mais efficace. D’accord il a perdu sa mémoire et c’est sa punition, mais merde, après tout ce que tu nous as pondu, on le sait très bien que tu aurais pu finaliser mieux que ça. L’anime au final avait trop d’éléments, on nous envoyait un plot twist à chaque épisode et ça devenait trop. Tout ça aurait pu fonctionner, mais en 24 épisodes, pas 13. Bref tout ceci est mon simple avis et au final, je trouve que Charlotte est un foutage de gueule après la mort de la petite soeur.


Merci à ceux qui ont pris la peine de lire ma chronique, j’espère qu’elle vous aura plu. Prochaine fois on va parler de deux grosse merdes récentes. Ouais j’ai envie de parler de merde récemment. Sur ce, à la prochaine !

Laisser un commentaire