Les Choix de Garbo #10 – Entre deux mondes

Yop tout le monde ça fait un sacré moment non ? Je suis revenu de vacances sans vraiment beaucoup d’idées pour ma dernière chronique pour Les Choix de Garbo, car oui, c’est la dernière, mais pas de panique, je vais continuer d’en faire et sûrement vous commencer un petit projet. Bref, à force de réfléchir je me suis dit : pourquoi ne pas parler de deux animes qui sont presque frères ? Les deux ont du sang, des humains et une autre forme de vie. Les deux ont un personnage principal qui se retrouve coincé entre deux mondes à la fois si proches et si différent. Bon je crois que vous avez tous deviné, cette fois-ci on parle pas de trucs tout mignon, mais on parle de Kiseijuu et de Tokyo Ghoul !

On va essayer de rendre cette chronique mythique, Olex commence à me dépasser avec sa chronique sur Danmachi !


Kiseijuu: Sei no Kakuritsu

kiseijuu_wallpaper_by_azizkeybackspace-d7v8by1

Adaptation du manga Kiseijuu (Parasyte) de Hitoshi Iwaaki qui a débuté le 22 novembre 1989 et qui s’est terminé le 23 décembre 1995 avec 64 chapitres répartis sur 10 volumes, par Madhouse. Ce studio ne vous est sûrement pas inconnu puisqu’il a, à son palmarès, plusieurs gros titres comme Death Note, Monster, Black Lagoon, Hajime No Ippo ou encore Hunter x Hunter (2011). L’adaptation a vu le jour en automne 2014 et compte 24 épisodes. L’animé s’est aussi vu attribuer la note global de 8.67 sur 10, ce qui lui permet d’atteindre la 45ième position dans le top des animés (Source : MyAnimeList).

Résumé à la Garbo : Izumi Shinichi est un lycéen de 17 ans qui vit chez ses parents dans un quartier calme de Tokyo. Un soir, un ver de terre extraterrestre nommé Parasyte s’infiltre dans son bras dans le but d’atteindre son cerveau, mais Shinichi réussis à l’obliger à se loger dans son bras droit. Suite à l’échec du parasyte que Sinichi nommera Migi, celui-ci se voit contraint de coopérer avec lui pour assurer sa survie, de même du côté de Shinichi. Au même moment, les cadavres s’empilent et les scènes de meurtres sont de véritables boucheries : les parasytes entrent en scène. Quel monde vont-ils choisir ? Doivent-ils sauver les humains ou les parasytes ? Ont-ils leur place dans ce monde ? Les questions ne cessent de se bousculer pour Shinichi.

Pour commence avant tout j’aimerais parler un peu d’une personne de l’équipe derrière l’animé qui est Ken Arai, le compositeur des OST. Kiseijuu est connu pour son OST qui est de loin un de mes préférés cette année. Le plus connu reste Next to you. C’est d’ailleurs le premier animé sur lequel il travaillait. On espère le revoir bientôt !

Voici le fameux OST Next to you.

Bon rentrons dans le vif du sujet, Kiseijuu, malgré qu’il soit de base un vieux manga, reste d’actualité. Je dirais même qu’il est encore plus d’actualité qu’avant. Déjà par l’adaptation que le studio a fait, par exemple : remplacer le père qui lit le journal par le père qui lit le journal sur sa tablette électronique. Sincèrement, c’est pas beau ça ? En plus les thèmes abordés sont des enjeux qui sont de plus en plus présents dans notre quotidien. Là je ne parle pas de parasites qui envahissent la Terre en tuant tout ce qui bouge, non. Mais je parle de ce que l’être humain fait à la Terre.

Avez-vous déjà pensé à être végétarien ? Pourquoi l’être humain aurait-il le droit de manger le bétail comme bon lui semble ? ah je vois, il est au dessus de la chaîne alimentaire. Alors, si une nouvelle espèce se voit être au dessus de l’être humain, cela lui donne alors le droit de nous manger sans regret ? Sommes nous donc alors nous aussi du simple bétail pour eux ? Voyez-vous, Kiseijuu ça aborde ce sujet aussi. Ce n’est pas que du sang qui éclate de partout avec des combats énormes. C’est aussi une histoire qui te fait réfléchir. Bon après tu peux très bien te foutre du côté philosophique, mais n’empêche qu’il est là et c’est surement pas pour rien…

Bon OK, ça c'est moins philosophique...

Bon OK, ça c’est moins philosophique…

Pour les fans d’animes d’action, ne vous inquiétez pas, des combats il y en a. De la censure me dites vous, mais de quelle censure parlez-vous ? Un autre gros point de l’animé c’est son absence de censure. On connait très bien le don qu’on les japonais pour la censure, pourtant cette fois-ci ils ont dit « non ». Non à la censure, pas de mosaïque (oh wait, comment ça la mosaïque c’est que dans les hentai ?!), pas de black screen, pas de rayon de lumière, pas de brouillard, pas de censure. On peut profiter de l’action sans se plaindre que « oups » un écran noir arrive pour nous cacher la vue. C’est ça le futur de l’animation, enfin, je l’espère. On assiste aussi à des scènes très troublantes émotionnellement. Voyez la position fœtale ? Bah maintenant je la connais par cœur.

Je vous laisse imaginer la suite.

Je vous laisse imaginer la suite.

Pour moi, Kiseijuu a été une claque. Personnellement je me suis attardé sur tous les points de l’anime. J’ai même utilisé un moment de l’anime pour faire une partie de ma dissertation. Résultat : on me prends pour un génie. J’attendais les épisodes avec impatience et pour ceux qui veulent regarder l’anime et qui ont raté cette chance retrouver le sur Crunchyroll. Vous pouvez pas trouver meilleur comme traduction. Sinon, le manga est chez Glénat et une republication a été annoncé, mais pas encore de date officielle. Je lui est donné 10 sur 10, peut-être que j’ai exagéré, mais moi j’ai adoré cet animé.


Tokyo Ghoul

545902

Pour cette partie, je vais abordé autant l’anime que le manga. Pourquoi ? Tout simplement que mon ressentit sur le manga est différent que celui sur l’anime.

Oeuvre de Sui Ishida, le manga a commencé le 8 septembre 2011 et se termine le 18 septembre 2014. La suite se nomme Tokyo Ghoul:re qui a commencé le 16 octobre 2014 est toujours en cours de publication. L’animé lui vient du studio Pierrot connu pour des titres comme Great Teacher Onizuka, Naruto, Bleach ou encore Beelzebub. L’anime comprends deux saisons de 12 épisodes chacune.

Résumé à la Garbo : L’histoire se déroule à Tokyo qui est hanté par des êtres nommé « goules » qui ne peuvent que se nourrir de chair humaine. Un jour, un étudiant nommé Kaneki Ken se retrouve pris au piège face à une goule dans un chantier quand tout à coup des poutres tombent sur la goule. Kaneki étant gravement blessé va recevoir un organe de la goule en question ce qui va le transformer en goule lui aussi. Un nouveau monde s’ouvre à lui, et un autre se ferme. Vivre comme être humain ou comme goule ? Manger de la chair humaine ou un bon repas habituel ?

Si il y a bien une chose qu’il faut retenir sur Tokyo Ghoul c’est que l’animé a foutu le bordel dans l’histoire. Si je devais vous conseiller Tokyo Ghoul, je vous dirai de lire le manga. Là où le manga a sut créer un univers cohérent et accrocheur, l’anime lui, l’a niqué. Par exemple, il se passe un événement majeur dans le manga ou on explique plusieurs choses et là tu as l’anime qui lui, n’adapte pas. C’est tout con, mais à force de faire ça on manque plein de petites infos importantes et sans elles l’histoire devient de plus en plus incohérente. Et tout ceci s’est empiré dans la deuxième saison qui est un vrai carnage pour la série. Pour vous dire, j’ai dû demander à un ami de m’expliquer l’histoire dans le manga pour comprendre ce qu’il se passait dans l’anime.

On notera au passage les belles censures. Non sincèrement, regarder le en non-censuré celui-ci, sinon c’est juste pas possible de regarder les combats.

C'est toujours mieux quand c'est pas censuré non ?

C’est toujours mieux quand c’est pas censuré non ?

Bref, par contre le manga lui est énorme. Les dessins sont très beau (‘fin c’est un style qu’il faut aimer) et l’histoire est passionnante. Là ou Kiseijuu montrait l’évolution de la phase adolescente à adulte, Tokyo Ghoul, lui, montre plus la phase crise d’adolescence. Moi c’est comme ça que je l’ai interprété. Il faut savoir que je suis au tome 10 seulement (vive le retard au Québec sur les mangas) et que plus ça avance, plus je sens que j’ai raison. Les personnages sont très bien développé et chacun à sa petite particularité. Mon préféré reste Juuzou. Certains le détestent, d’autre l’adore. C’est une question de goût, mais moi c’est mon perso’ de la série.

Tokyo Ghoul est un vrai phénomène qui ne cesse de gagner en popularité. Je ne sais pas si tout se passe bien dans Tokyo Ghoul:re, mais des amis m’ont dit que ça devenait de plus en plus intense. Je ne peux que vous le conseiller en manga, il faut jeter un coup d’œil et de plus les couvertures sont magnifiques. Ma préférée est de loin celle du septième tome.

"Alors, quel couteau choisis-tu pour ta mort ?"

« Alors, quel couteau choisis-tu pour ta mort ? »

Par contre s’il y a bien un bon point que je peux donner à l’animé c’est une des dernières scènes de la deuxième saison. Je crois que nous sommes tous d’accord pour dire que cette scène reste magnifique. C’était osé de la part du studio, mais c’est bien passé je trouve. On sent l’émotion du personnage tout le long de cette scène. Personnellement une vague d’émotions me frappe à chaque fois que je la regarde. La scène n’est pas extrêmement triste, mais plutôt désolante. Si vous voulez savoir de quoi je parle il faudra regarder l’anime, même si je vous conseille beaucoup plus le manga.


Voilà tout le monde, c’était la dernière chronique pour Les Choix de Garbo, mais ne vous inquiétez pas, je risque de revenir avec un joli projet. J’ai aussi une autre idée de chronique, sûrement une musicale il faudra voir. Si vous avez des idées à me faire partager, n’hésitez pas. J’espère que la chronique vous a plu et j’espère aussi que vous la partagerez à fond. Merci encore de votre lecture !

P.S. : On se revoit très bientôt pour soit un Zoom, soit une chronique spéciale avec TOUS les membres de l’équipe. 

Laisser un commentaire