Le Voxologiste #5 – Budori, l’étrange voyage

Salutations, en cette période de fêtes, j’ai décidé de vous parler d’un conte. Après, est-ce un conte de Noël? Ceci est moins sûr…

Aujourd’hui, nous allons donc parler de « Budori, l’étrange voyage », un conte japonais écrit en 1932 par Kenji Miyazaka et qui a connu une de ses adaptation en film en 2012 sous la houlette de Tezuka Production. 3 ans plus tard, le film connait une sortie Blu-Ray et DVD en étant édité par Eurozoom et distribué par @anime (en réalité le distributeur est MAD Distribution mais dans la mesure où ils ont la même adresse sociale que ces derniers, je raccourcis). Il est fort probable que vous n’ayez jamais entendu parler de ce film mais sachez qu’il laisse difficilement indifférent.

2gAkDLm

Déjà, c’est des chats, ch’est important à savoir.

Bon je pense qu’à partir de là, vous devez comprendre où je veux en venir, la cible « public » de ce film est très restreinte… Et c’est certainement pour cette raison que le doublage a été confié à Soundtastic, un studio de doublage luxembourgeois et non je ne plaisante pas. Ce studio basé à Differdange a désormais quelques licences au compteur mais pas forcément dans l’animation japonaise. Ils ont notamment réalisé la VF de la série « Une Nuit en Enfer », de la série d’animation basée sur le film « Clerks » ou encore des films « Night Train » avec Danny Glover, « Gordy » ou « Deserter ». Ils ont également au début de leur carrière effectué de l’adaptation pour d’autres studios: C’est notamment eux qui ont réalisé l’adaptation de la première saison de « My Little Pony: les Amies, c’est Magique » et je ne pensais pas réussir à la caser quelque part.

La direction artistique est confiée pour Budori à Vanessa Leiritz, la cofondatrice du studio. Et on peut déjà la féliciter, le panel de comédiens est assez élargi et varié, nous n’avons pas l’impression d’avoir affaire à 10 fois le même comédien d’autant que le nombre de personnages ici est assez conséquent.

Le rôle principal de Budori est confié à Sullivan Da Silva, un comédien messin très actif au théâtre et qui dans le domaine du doublage a incarné le personnage secondaire Rafa dans 3 épisodes de « Une Nuit en Enfer » et c’est tout ce que j’ai pu trouver à ce sujet… Tout d’abord, le comédien a un timbre de voix assez jeune, ce qui colle parfaitement au personnage de Budori. De plus l’action se passant sur plusieurs années, Sullivan Da Silva se permet de faire évoluer sa voix et cela de manière complètement fluide. Pour quelqu’un que je ne connaissais pas avant le film, cette performance est assez remarquable. J’ai néanmoins un bémol à apporter sur son jeu. Le comédien vit son texte, il n’y a aucun problème là dessus, cependant je trouve qu’il manque d’intensité sur certaines scènes qui en mériteraient plus. Mais, parce qu’il y a un mais, je fais exactement le même reproche au comédien en VO. A ce moment là, peut on vraiment reprocher à Vanessa Leiritz et Sullivan Da Silva d’avoir voulu être le plus proche possible de la version originale tout en sachant que le studio ne connait pas tous les codes de l’animation japonaise? C’est difficile.

2gAkDLm

Mais vas-y crie un bon coup!

La sœur de Budori, Neri est interprétée par Anaïs Orville, qui doublait Kara dans la série « Di-Gata les défenseurs » et là pareil, je suis en panne d’information complète et je suis assez halluciné d’en avoir aussi peu, tellement sa prestation est tout bonnement parfaite. Malgré le peu de répliques qu’elle possède, toutes sont dosées au millimètre près et je n’exagère pas. L’immersion est réelle.

Les parents de Budori sont doublés par Lionel Bourguet et Célia Torrens, deux comédiens belges qui ont prêté leur voix à la série « Une Nuit en Enfer » (Jacob Fuller et Santanico Pandemonium) mais qui, pour le coup, ont effectué de nombreux doublages en Belgique parmi lesquels de l’animation japonaise. Lionel Bourguet a doublé Kakashi Hatake dans Naruto, Stoner dans Eureka Seven, Tessaï dans Samurai 7 ou encore Régis dans Pokémon. Célia Torrens a quand à elle prêté sa voix à Rina Touin dans Pichi Pichi Pitch ou Alcyone dans Magic Knight Rayearth. Ici les deux comédiens campent les deux parents avec la même intention, celle de retransmettre de la gravité dans leur jeu, pari pas si évident et pourtant réussi.

2gAkDLm

Ça a l’air d’une réplique simple, ben ça ne l’est pas.

Kotori est doublé par Félix Lobo et c’est un choix de casting qui semble tellement évident. Ce dernier double notamment Amancio Malvado dans « Une Nuit en Enfer » ou encore Léonardo dans la série « Clerks », deux personnages ayant un coté angoissant et manipulateur qui sied également au personnage de Kotori. Félix Lobo a une voix et un léger accent assez particuliers qui lui permet de retransmettre facilement cette sensation. Je suis pas fan des accents mais il faut avouer qu’ici, c’est très à propos.

Le reste du casting est assez convainquant, retransmettant la grande folie d’une bonne partie des partie des personnages secondaires.

Parlons maintenant de l’adaptation, effectuée ici par Jean Renaudieu (Le néant total pour le coup au niveau informations…). Non, en fait, non. Je vais d’abord vous parler de ma manière de faire des chroniques. Je commence toujours par regarder une première fois le film en VF puis ensuite je me penche sur la VO. Ici, je suis halluciné car je ne l’ai mais alors pas du tout vu venir: La VF prend des libertés énormes notamment dans cette scène:

2gAkDLm

Et ça parle, et ça parle.

Ici le professeur Kubo (au passage très bien doublé par Marc Gallier, le sosie messin de Peter Falk alias Columbo. Pourquoi pas?) ne fait que prononcer des onomatopées en VO et en VF on a le droit à un discours complètement survitaminé et correspondant à la folie du personnage. Les libertés d’adaptation au niveau du rajout de dialogue touchent d’autres scènes plutôt légères et heureusement en très petite quantité les scènes les plus intenses émotionnellement et surtout correspondent parfaitement aux personnages. Je vois plutôt cela comme une valeur ajoutée plutôt qu’une valeur modifiée.

Pour conclure, la VF de « Budori, l’étrange voyage » est franchement très bonne. La seule chose qui pourra vous faire tiquer est dans un léger manque d’intensité de la part de Budori mais que vous retrouverez également en VO de toute manière. On pourrait reprocher à un studio qui prend autant de libertés sur l’adaptation de manquer d’en prendre sur la direction artistique mais en tout cas ce n’est pas ce qui nuit au fait de passer une bonne expérience devant ce film en VF.

Laisser un commentaire