Le Voxologiste #4 – Higurashi no Naku Koro ni

Salutations, J’ai décidé d’aborder un gros dossier selon moi, puisque nous allons parler du doublage d’Higurashi no Naku Koro Ni et quand je dis gros dossier, il y a plusieurs raisons à cela:

Premièrement, je refuse foncièrement d’appeler cette critique par le titre français de l’animé choisi par l’éditeur Anima (à savoir: Hinamizawa, le village maudit) pour la simple et bonne raison que, d’abord, on ne change pas un titre japonais par un autre titre japonais, c’est ridicule. De plus, traduire le titre original littéralement comme pour le Visual Novel (Le sanglot des cigales) me semblait une solution tellement évidente et pourtant, ils ne l’ont pas fait en préférant enlever toute la poésie du titre. En cinéma, c’est comme si « Le silence des agneaux » s’était appelé « Hannibal Lecter, le tueur cannibale ». Avouez que ça n’a pas la même gueule.

Deuxièmement, les aficionados de la francise sauront que la série d’animation est découpée en deux saisons indissociables (ainsi que quelques OAV, mais qui là sont totalement optionnels). Seule la première saison a été éditée et par la même occasion doublée… A ce niveau là, cela revient à poser une devinette à quelqu’un et si cette personne ne trouve pas la réponse, lui répondre « Ben demerde toi ». C’est légèrement agaçant. On est bien, on a toujours pas commencé à parler du doublage et je balance déjà à boulets rouges.

Troisièmement, cette VF a été effectuée au sein du studio Wantake, un studio dont le nombre de doublages d’animation japonaise est hallucinant (L’Attaque des Titans, Les Enfants-Loups, Fairy Tail, K-ON!, Kuroko’s Basket, Tiger & Bunny et j’en passe énormément) et qui a malheureusement fermé ses portes l’année dernière mais surtout a été dirigé par un certain Thomas Guitard. Et là, on s’attaque réellement à du lourd. Ce n’est autre que le directeur artistique de MÄR, Mobile Suit Gundam 00, Tales of Phantasia et surtout de la série française Wakfu et de Gurren Lagann, deux doublages qui sont reconnus dans le milieu pour être parmi les meilleurs dans le domaine de l’animation. C’est également l’un des fondateur de l’association de doublage amateur et de parodie Gotohwan. Bref, il y a de la qualité à la direction. En sera t’il autant pour l’interprétation?

2gAkDLm

On a affaire à une belle bande de spécialistes.

Commençons donc par Thomas Guitard (qui a prêté sa voix à Kanji dans Genshiken, Jordan dans Oban Star-Racer ou Tristepin dans Wakfu) qui ici s’est approprié le rôle de Keiichi, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il le tient plutôt bien, il prend un timbre de voix assez normal correspondant bien à un personnage d’identification au spectateur tout en sachant être convainquant quand il faut s’énerver ou être paniqué. Il n’y a effectivement pas gros chose à redire sur sa prestation.

Une autre comédienne qui met globalement tout le monde d’accord: Il s’agit de Geneviève Doang qui est une voix récurrente dans les séries dirigées par Thomas Guitard (Yoko dans Gurren Lagann, Evangelyne dans Wakfu, Arche Klaine dans Tales of Phantasia) mais également la voix récurrente de Bae Doona dans Cloud Atlas, Jupiter Ascending ou Sence8. Ici, elle interprète Mion ainsi que sa sœur jumelle Shion (Quoi, c’est pas du spoil: C’est dans l’opening) et elle tient ses deux rôles à la perfection en étant plus « machiavélique » sur Mion et plus attendrissante sur Shion. Ses moments de folie sont aussi assez remarquables.

2gAkDLm

Vous pouvez entendre ici une Geneviève Doang à pleine puissance.

Passons maintenant sur les personnages qui fâchent en commençant par Rena Ryûgû doublée par Jessica Barrier (Hitagi Senjyogahara dans Bakemonogatari, Asuna dans la saison 2 de Sword Art Online, Alvis dans Last Exile, Tifa dans FF7: Advent Children ou Sailor Mercury dans Sailor Moon Crytal). Quitte à ne pas être d’accord avec pas mal de monde, je ne comprends même pas qu’il y ai débat: Il s’agit même pour ma part d’une des rares fois où la VF est clairement supérieure à la VO. Si les deux versions retransmettent très bien le coté attachant du personnage, à certains moments Rena doit se montrer menaçante et je trouve tout simplement Mai Nakahara incapable de l’être convenablement, là où Jessica Barrier réussit parfaitement à interpréter cet état.

2gAkDLm

Là en VF, cette scène est bien jouée, pas en VO…

Je suis plus ouvert au débat concernant la prestation de Fanny Bloc qui double ici Satoko Hôjô et qui a également prété sa voix à Happy dans Fairy Tail, Ryûko Matoi dans Kill la Kill, Chi dans la série éponyme, Yuuki dans Sword Art Online ou Yugo dans Wakfu. Ici, elle prend une voix plus mature que pourrait le laisser entendre l’age du personnage. Cependant, le caractère farceur et tête brûlée tend à compenser cet état de fait. C’est certainement ce qui convaincu la direction artistique à proposer une telle voix connaissant le registre assez étendu de Fanny Bloc. Pour ma part, cela ne m’a pas trop choqué et je suis assez convaincu de sa prestation.

Nous en arrivons donc au gros point noir de cette VF selon moi: L’interprétation de Rika Furude, personnage qui, elle, doit avoir une voix enfantine et innocente, ce que la direction artistique a bien compris puisqu’elle a demandé à Gabrielle Jéru (qui doublait également Eva Wei, le personnage principal de Oban Star-Racers) de trafiquer sa voix. Pourquoi dis-je « trafiquer »? Tout simplement car cela se voit à des kilomètres, cette voix n’est tellement pas naturelle et l’artificialisation rend le personnage horripilant, ce qui n’est bien évidemment pas l’effet recherché.

Notons un gros effort de distribution au niveau des voix secondaires en la présence par exemple de Gérard Surugue (nouvelle voix de Bugs Bunny et comédien avec une grande modulation de voix) sur le commissaire Ôishi ou encore plus étonnant de doyens du doublage tel Jacques Berthier (Vega dans Goldorak) ou Lily Baron. Tandis que certaines voix additionnelles dénotent un peu, d’autres sont des surprises telle la présence de Benoit Du Pac (Onizuka dans GTO) ou Patrick Béthune (Kiefer Sutherland dans 24 heures Chrono).

Pour finir, parlons un peu de l’adaptation, elle est globalement bonne: la traduction se permet même d’adopter un language plus adapté aux différentes personnalités des personnages. Mais il y a un gros hic, devinez qui va en pâtir… Et bien c’est Rika bien sûr! Ce qui caractérise le plus le personnage dans l’animé, ce sont bien évidemment ses « Nipah » qu’elle lance à tout bout de champ. En VF, il n’en reste plus un seul et ils sont remplacés par d’autres phrases. Mais pourquoi diable faire un choix d’adaptation pareil? Mon avis est qu’il s’agit d’une demande du client connaissant la connaissance de l’équipe de doublage en matière de japanimation en voyant qu’ils se sont même permis de rajouter le terme « Moe » qui n’était pas dans la VO.

2gAkDLm

Nipa? Ben n’y est pas!

Pour conclure, même si ce n’est pas l’envie qui manque et que l’on voit que l’équipe était vraiment passionnée par ce doublage, je ne peux ouvertement pas vous conseiller de regarder Higurashi en VF rien que pour le personnage de Rika et à cause du fait que vous serez de toute manière obligé de switcher en VO pour suivre la saison 2, même si, pour la peine, vous passerez malheureusement à coté de très bon jeu d’acteurs sur d’autres personnages. A la place, si vous voulez voir ce que cette équipe est capable de réaliser de meilleur, je vous conseille très fortement la VF de Gurren Lagann. Vous passerez un bien meilleur moment.

Remerciement spéciaux à Killoa pour ses informations sur Lily Baron et Jacques Berthier. Et oui, j’ai moi même mes limites

Laisser un commentaire